Divers

Tout ce qu’il faut savoir avant de procéder à une FIV

La FIV ou fécondation in vitro concerne un certain nombre de femmes de moins de 35 ans : ce traitement pourvu de risques sert à éviter la stérilité. Si les résultats obtenus s’avèrent être concluants, les étapes à suivre sont souvent assez pénibles.

Des situations inconfortables et pénibles

D’après les témoignages des personnes ayant procédé à la FIV, la situation vécue durant le traitement reste si dure. La cure peut durer pendant des années et les inséminations virent parfois aux échecs. Les patientes sont submergées par les émotions et l’idée de ne plus pouvoir procréer. Ces réalités provoquent également des lésions morales graves. Au final, certaines personnes ont même recours à un psychologue. Cette solution a été prévue par la loi concernant l’Assistance médicale à la procréation ou AMP.

Les effets sur la santé

La FIV peut causer des maux de tête, outre la nausée, les vertiges et la fatigue. Chez les patientes, le traitement entraîne également une prise de poids, à cause de la rétention d’eau. Ces symptômes se présentent également après une stimulation ovarienne. Selon les médecins, les manifestations des effets secondaires sont différentes chez chaque femme. Aussi, il existe des éventuelles complications telles que la thrombose ou la phlébite. Les situations les plus fréquentes sont les jambes lourdes, l’augmentation de l’IMC, des larmes, un ventre gonflé…

Une vie acharnée

Dans le cas d’une FIV, la patiente se doit d’être forte mentalement mais aussi physiquement. En effet, le quotidien de la concernée va se résumer en des courses effrénées : travail, courses, rendez-vous chez son médecin… Les consultations de ce dernier ne durent parfois qu’une dizaine de minutes, outre leur rareté. Les infirmières complètent le manque d’explication sur le traitement et ses effets, vu que le gynécologue ou le spécialiste s’occupe de milliers de patients. Les tensions entre les couples ne sont pas également écartées : la femme se sent seule dans sa cause.